DélégationPicarde (Aisne/Somme)

Témoignage d’Yvette

Yvette est actrice dans l’équipe de Péronne du Secours Catholique de Picardie. Adrien, animateur, l’a interviewée !

Yvette, peux-tu te présenter ? « Je suis l’épouse d’Alain depuis 54 ans, nous avons trois fils, huit petits-enfants qui ont entre 26 et 8 ans, qui font mon bonheur et qui m’aident à tenir le coup. Nous sommes originaires du Nord et sommes venus à Ste-Emilie à la sucrerie. J’ai été femme de ménage dans les bureaux et chez des particuliers. J’ai fait du "cathé" pendant 30 ans (et un peu de catéchuménat). On a été engagés auprès des personnes âgées (voyages, repas, colis, visites etc.) »

Pourquoi es-tu là ? « Quand Séverine et Pascale, bénévoles, sont venues me voir, je n’ai pas tardé à dire oui. On a beaucoup parlé et finalement j’étais assez déconnectée de ma paroisse, à part la messe du dimanche. Le Secours Catholique, je pense que c’est mon charisme, que je sais où je suis. Je serai utile un tcho peu, je bougerai. Je me suis sentie seule et il fallait aller vers les gens. Je suis contente de voir les visages : on se connaît, on se reconnaît. Je ne sais pas si au niveau physique et j’ai peur de pas être à la hauteur. Je me suis crevée à essayer de faire mieux. »

Qu’est-ce qui te plait au Secours Catholique ? « Ce que j’ai aimé ici, c’est que l’on ne m’a posé aucune question, qu’on ne me juge pas. Le mot important ? c’est le mot accueil. Et les gens me disent bien bonjour, ça fait plaisir ! L’accueil ce n’est pas juste la boutique. Et puis voilà : la sympathie, le sourire etc. »

À quoi rêves-tu ? « J’aimerai que le Secours Catholique soit mieux connu… qu’on accueille mieux et un jour, que nous n’ayons plus besoin d’accueillir ! Quand je vois certaines choses, comme des personnes sans abri, je me dis qu’au XXIe siècle ce n’est pas possible ! J’aimerai finir mon pèlerinage sur la terre, en paix, sans donner trop de travail aux autres. Et continuer, comme mes enfants, à être droite dans mes bottes et leur bonheur, bien dans leur peau… et dans leur foi. C’est important pour moi. Pour ma ville, j’aimerai que les gens puissent simplement bien vivre quels qu’ils soient. »

Imprimer cette page

Faites un don en ligne