DélégationPicarde (Aisne/Somme)

Témoignage

Samuel à Saint-Quentin : du talent à donner et à recevoir

« Pour moi, la fraternité commence là où l’empathie se termine. Bien qu’écrite dans notre devise républicaine, elle est également écrite dans nos valeurs, au Secours Catholique. » Samuel, bénévole au Secours Catholique de Saint-Quentin, dans l’Aisne.

La fraternité doit s’inscrire dans la durée, et donc dans le psychisme de chacun. En tant que bénévole, j’ai l’obligation, le devoir de la rapprocher d’autres valeurs comme la bienveillance ou la solidarité. Elle est liée à la dignité et au respect, il s’agit d’accueillir l’autre en soi.

J’apprends et je vis la fraternité, dans tous les temps d’échanges, de convivialité, de partage. La fraternité est, pour moi, liée à l’idée de don. Lorsque je suis devant mes élèves de terminale, ou alors au sein du Secours Catholique, je donne ma richesse, mon talent au groupe. Comme le groupe me retransmet sa richesse, son talent. Nous sommes en partage d’égalité, une égale humanité.

J’ai une règle d’or : « Je ne fais pas aux autres ce que je n’aimerais pas qu’il me fût fait. » Donc, lors de ma présence dans les locaux du Secours Catholique, je la traduis en positif : je fais à l’autre ce que j’aimerais qu’il me soit fait. Donc je ne juge pas, je suis bienveillant, à l’écoute…

D’après mon expérience, il est possible de vivre cette valeur à travers divers moments de la vie au Secours Catholique : dans des temps de réunions, de formations, des instants conviviaux. Là où chaque acteur, quel que soit sa richesse, sa valeur, son talent, se mélange, pour partager et créer une atmosphère fraternelle. Son fondement est bien la reconnaissance d’autrui comme un égal en humanité.

Cette fraternité que j’essaie de vivre doit être une fraternité bien utilisée, qui permet de lutter contre l’indifférence, l’intolérance…

Samuel, bénévole au Secours Catholique de Saint-Quentin

Imprimer cette page

Faites un don en ligne