DélégationPicarde (Aisne/Somme)

St-Quentin

Être relais pour rester en lien

Témoignage

L’arrivée du second confinement a de nouveau « chamboulé » l’action Solidéj de l’équipe du Secours Catholique de Saint-Quentin, en Picardie … Mais les actions de solidarité et d’entraide se mènent avec la contribution d’autres.

La ​bénévole ​engagée dans l’activité témoigne :

« L’annonce de cette nouvelle période a résonné en moi : comment continuer à faire vivre ​ces instants précieux de partage et de convivialité avec les personnes isolées et démunies ? Passer de cinquante à quatorze personnes en juin dernier … puis en quelques semaines à six maximum ! … ​

Solidéj… C’est loin de n’être qu’un moment où chacun vient partager un petit- déjeuner :

« Quand on nous laisse venir, on est très contents, ça nous change un peu, on prend l’air et surtout on se rencontre. ​Ça me donne au moins un but dans ma semaine.​ » « J’apprécie beaucoup … comme cela on peut soutenir les autres personnes qui en ont besoin et être soutenu à notre tour … les jours où c’est moins bien…  » «  Même si c’est pour dix minutes, appelle-moi et j’arrive.​  »

Je ne savais pas que nos rencontres leur tenaient tant à cœur…

Aujourd’hui, j’ai choisi avec Karim qui me donne un coup de main d’appeler une personne isolée chaque semaine et de lui proposer d’inviter deux à trois personnes à venir ​nous rejoindre… Nous sommes vigilants à ce qu’il n’y ait pas plus de six personnes et nous suivons rigoureusement tous les gestes barrières​ préconisés… C’est important de comprendre que c’est un véritable casse-tête mais cela en vaut la peine ! …

Aujourd’hui, je venais avec une demande de la Banque alimentaire en recherche de petites mains pour leur collecte nationale du week-end. Personnellement, je ne savais pas comment ces personnes, sans voiture et sans mobilité, pouvaient se déplacer à l’autre bout de la ville ! J’ai tout de même accepté d’être ce relais…

« Nous n’avons pas de voiture, c’est vrai, mais moi je suis en formation depuis un an et, dans le cadre de cet accompagnement, il nous est demandé de participer à des actions de solidarité. Veux-tu que je contacte ma formatrice pour savoir ? Nous sommes quatorze dans la promotion, et un véhicule peut être mis à notre disposition … Je peux l’appeler et si c’est jouable, tu pourras voir avec elle… »

L’intervention de Rabah me conforte : accepter d’être un relais … c’est aussi conduire une action possible en territoire !

Imprimer cette page

Faites un don en ligne