DélégationPicarde (Aisne/Somme)

Beaucamps-le-Vieux - Amiens - Molliens-Dreuil

Annie, une retraitée investie

Témoignage

« Aider les autres est un plus dans la vie de tous les jours ! » Annie, bénévole au Secours Catholique dans la Somme.

Depuis quand es-tu actrice du Secours Catholique ?
Annie : Depuis six ans, depuis la fin de ma carrière professionnelle. Auparavant, je n’avais pas suffisamment de temps à consacrer pour pouvoir m’investir comme je le souhaitais.

Que fais-tu au Secours Catholique ?
Tout d’abord, je récupère des vêtements qui peuvent servir pour des familles en difficulté que nous rencontrons. Mais ils peuvent également se retrouver dans une des boutiques solidaires du territoire (Beaucamps-le-Vieux ou Amiens). Par ailleurs, une fois par mois, nous organisons une pause-café à Molliens-Dreuil (au foyer Saint-Martin) où j’emmène notamment des personnes de mon village (Fluy) car elles n’ont pas de moyen de locomotion. On y fait des activités telles que la couture et surtout le tricot. On envisage de démarrer prochainement un atelier cuisine. Nous fabriquons également de petits objets que nous proposons ensuite lors d’événements ou de temps forts afin de récolter des dons.

Que t’apporte cet engagement sur un plan personnel ?
Cela me permet de rencontrer d’autres personnes, d’élargir mon horizon, et de les aider quand le besoin se fait sentir. Cela peut se faire de bien des manières : on parle avec les personnes, on les écoute surtout. Aider les autres est un plus dans la vie de tous les jours !

En quoi le Secours Catholique contribue-t-il à la vie locale selon toi ?
À Molliens-Dreuil, c’est un peu compliqué car la vie associative est dense. Nous avons déjà essayé d’inviter de nouvelles personnes à venir nous rejoindre mais cela n’a pas trop payé pour le moment. Pour les personnes que nous connaissons, cela apporte plus qu’on le soupçonne : cela leur apporte du bonheur. Quand parfois la rencontre ne peut pas avoir lieu, cela leur manque. Avec ce temps, elles sortent de leur quotidien car il y a certaines d’entre elles qui ne voient que nous. Alors, quand on se voit, c’est un moment de joie et de partage. En dehors de cela, la commune vit assez bien et on ne rencontre pas aussi [fréquemment] des personnes en situation de détresse. Il y en a, bien sûr, mais proportionnellement moins.

Quel est le dernier témoignage ou signe de fraternité que tu as vécu avec le Secours Catholique ?
Le moment fort que j’ai vécu, c’est la fête de la Fraternité (la fête interterritoires « Hortillons et Vallons » / « Terre et Baie », qui s’est tenue à Cayeux-sur-Mer le 9 juin 2018). C’était un vrai moment fort car au-delà du nombre de personnes, on a pu vivre de belles rencontres.
L’autre moment fort que j’ai vécu était avec l’équipe locale du Secours Catholique. Nous avons aidé une famille qui n’avait quasiment rien, que ce soit des meubles ou des vêtements. Nous avons donc fait un appel en messe afin de mobiliser le réseau paroissial. En une semaine, la famille avait trouvé un nouveau logement et avait pu être aidée grâce à plusieurs dons de meubles. C’était un moment fort pour tous, car c’est une satisfaction de voir que les gens se sentent mieux et que le réseau a vite réagi à notre appel.

Imprimer cette page

Faites un don en ligne